Si vous souhaitez avoir une piscine naturelle chez vous, sachez que c’est un excellent choix de votre part pour combiner le plaisir de la nage, tout en disposant d’un jardin aquatique. Mais avant de pouvoir en profiter, il est nécessaire de respecter toutes les étapes de sa construction.

Vigilance au niveau de la réglementation

Avant de vous lancer dans la construction d’une piscine naturelle, vous devez mener à bien une étude de faisabilité. Pour cela, rapprochez-vous impérativement de votre mairie. Vous êtes peut-être dans une zone particulière comme des zones vertes ou sous la responsabilité des bâtiments de France.

Dans le cas contraire, si votre bassin est d’une taille inférieure à 10 m², vous n’aurez aucune formalité à effectuer. Pour une surface comprise entre 10 et 100 mètres carrés, une déclaration de travaux préalable reste un impératif. Enfin, pour une surface supérieure à 100 m², un permis de construire sera exigé.

Le terrassement du terrain

Il faut savoir qu’une piscine naturelle n’impose pas un bâti façonné. En effet, il s’agit de préserver l’aspect naturel et donc le terrassement demeure une étape cruciale. Vous devez donc définir l’implantation de votre bassin en effectuant un tracé au niveau du sol. N’oubliez pas de considérer que la partie baignade sera bien évidemment plus profonde que la partie lagunage.

Peu importe si la construction s’effectue sur un terrain en pente ou sur un terrain plat, vous devez définir le « point 0 ». Cet élément correspond au point le plus haut et donc il vous servira de référence pour la suite. Concernant la profondeur à creuser, vous définissez vous-même ce paramètre, mais sachez que 140 cm restent un excellent choix pour la partie baignade contre 60 cm pour la partie lagunage.

Pour le passage des tuyaux, n’oubliez pas d’inclure des tranchées spécifiques, ainsi que de prévoir le retour de l’eau et la présence éventuelle d’un skimmer d’aspiration. Mais ce n’est pas tout, prévoyez également une tranchée supplémentaire pour mettre en place tout le câblage électrique allant jusqu’à votre local technique. Il est important qu’au cours de l’opération de terrassement, vous obtenez une surface parfaitement lisse, sans racines et sans cailloux.

Passez à l’étape suivante avec l’étanchéité de la piscine naturelle

À cette étape, vous devez mettre en place tous les éléments correspondant à votre réseau électrique et à votre réseau de plomberie. Une fois les passages des câbles et des tuyaux effectués, vous pouvez reboucher les différentes tranchées en utilisant un lit de sable.

Par la suite, vous allez définir la bordure de votre bassin avec un matériau approprié comme de la pierre ou avec une bordure en plastique. Vigilance sur sa mise à niveau, car n’oubliez pas que cet élément fera la séparation entre l’extérieur de votre piscine naturelle et l’eau du bassin.

Concentrez-vous ensuite sur le feutre de protection en le déroulant sur la totalité de la surface de la piscine. C’est une protection nécessaire pour vous prémunir contre d’éventuelles racines et des pierres.

Au cours du déploiement de la bâche, prévoyez 20 cm de chevauchement vers l’extérieur du bassin. Ensuite, la bâche EPMD pourra être déployée et n’hésitez pas à vous faire aider, car elle représente un poids conséquent. Limitez au maximum la présence des plis et encore une fois faite la déborder à l’extérieur d’environ 80 cm.

La mise en place du local technique

Le local technique reste indispensable pour accueillir toute la machinerie assurant le traitement de l’eau. Il faut donc qu’il soit à proximité en respectant toutes les normes électriques. En cas de fuite, une zone d’égout permettra son évacuation pour éviter de voir votre local technique inondé avec des dégâts conséquents.

Dans votre local technique, vous trouverez la pompe de circulation de l’eau, tout le réseau d’alimentation électrique, les tuyaux rigides en 63 mm et un tuyau souple de 75 mm correspondant à la filtration de votre bassin. Enfin, un filtre biologique si vous avez opté pour ce mode de filtration.

La mise en place des plantations dans la piscine naturelle

En fonction de votre région, vous n’allez pas introduire les mêmes plantations. Mais couramment, vous retrouvez des nénuphars, des prèles des rivières ou des pesses d’eau.

Les plantes oxygênantes sont indispensables pour encourager le développement des bactéries. Les plantes épuratives vont éliminer les organismes nuisibles et lutter contre la prolifération des algues. Enfin, n’oubliez pas d’inclure des plantes décoratives pour soigner l’esthétisme de votre piscine naturelle.

N’oubliez pas de séparer la zone de baignade par rapport à la zone de lagunage avec une délimitation physique grâce à des matériaux imputrescibles.

Le choix du substrat sera directement dépendant de la solution de filtration que vous avez retenue.

L’aménagement extérieur de la piscine naturelle

Une fois que vous êtes à cette étape, vous avez déjà réalisé le plus gros du travail. Mais attention, les finitions ne sont pas à négliger pour obtenir un environnement harmonieux. Laissez parler votre imagination et votre besoin en mettant par exemple en place une plage de sable ou bien en réalisant la construction d’une terrasse en bois.

En effet, ce sont des matériaux particulièrement esthétiques et ils constituent une excellente option. Le tout étant d’harmoniser votre piscine naturelle par rapport à votre environnement. Dans tous les cas, si vous éprouvez la moindre difficulté pour avoir une piscine naturelle, orientez-vous toujours vers un spécialiste.

close

Recevez gratuitement nos conseils pour votre bassin

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.