Tout le monde n’a pas les moyens d’avoir une alimentation saine. Les prix des légumes, des fruits et des bons poissons augmentent chaque année, et tout le monde ne possède pas son propre potager. C’est là qu’intervient l’aquaponie, l’art de faire pousser des plantes et des poissons en même temps sans utiliser de terre. Ainsi, toute personne vivant en ville peut cultiver chez elle ses propres légumes, fruits et poissons biologiques.

L’aquaponie c’est quoi ?

L’essence de l’aquaponie est la combinaison astucieuse de l’hydroponie (culture de plantes sans terre, dans l’eau) et de l’aquaculture (élevage de truites, crevettes et autres créatures aquatiques). En d’autres termes, il s’agit d’un système biologique fermé dans lequel les déchets des poissons comme les truites servent de source de nourriture aux plantes et, à leur tour, les plantes filtrent l’eau pour les truites.

Les microbes, plus précisément les bactéries nitrifiantes, sont un autre participant au processus. Ils sont utilisés pour transformer l’ammoniac des déchets des truites en nitrites, puis en nitrates. Ces substances servent de nourriture aux plantes et les aident à se développer. Quant aux déchets solides, ils deviennent du lombricompost, qui favorise également la croissance des plantes.

En d’autres termes, l’aquaponie permet la croissance des truites, dont les déchets nourrissent les plantes, qui agissent à leur tour comme des filtres pour l’eau.

Principes de base de la méthode aquaponique

L’aquaponie est l’une des méthodes d’agriculture les plus avancées sur le plan technologique à l’ère moderne. Sa méthode consiste à utiliser les déchets d’un participant au processus pour l’alimentation des autres et vice-versa.

Les animaux aquatiques (truites) produisent divers déchets qui contiennent généralement les éléments suivants :

  • L’azote ;
  • Le potassium ;
  • Le phosphore ;
  • L’ammoniac ;
  • Le dioxyde de carbone.

Toutes ces substances peuvent être dangereuses pour la santé des truites car à forte concentration, l’eau devient toxique. C’est là que les bactéries bénéfiques viennent à la rescousse. Celles-ci recyclent les déchets pour les rendre utilisables par les plantes.

L’intérêt de l’aquaponie est qu’elle n’utilise pratiquement aucun engrais chimique. L’ensemble du processus se déroule naturellement, de sorte que les aliments cultivés de cette manière ne contiennent pas de nitrates ni d’autres substances nocives, car ils sont 100 % biologiques.

Mais l’aquaponie a aussi ses défis. Par exemple, il y a des règles importantes à suivre :

  • Surveillez la qualité de l’eau. Il y a 5 points clés à surveiller : l’oxygène (5mg/l), le pH (6-7), la température de l’eau (18-30°C), le pourcentage d’azote et d’alcalis. Le contrôle de ces indicateurs est facile si vous achetez un système de contrôle.
  • Ajoutez des nutriments tels que le calcium, le potassium et le fer. Les deux premiers sont utilisés sous forme d’hydroxyde de potassium ou d’hydroxyde de calcium et sont nécessaires pour maintenir les niveaux de pH. Le fer est ajouté à l’eau sous forme de composé complexé.
  • La nourriture pour les truites doit être adaptée aux besoins nutritionnels corrects. Si l’on élève des carnivores (par exemple des truites), la nourriture doit contenir beaucoup de protéines dans une proportion de 40 à 50 %. Pour les animaux aquatiques omnivores (perche, carpe), moins de 32 % de protéines sont nécessaires. Plus les truites sont jeunes, plus ils ont besoin de protéines.
  • Retirez à temps les restes de nourriture de l’eau. Sinon, ils commenceront à pourrir, ce qui provoquera des maladies et des complications, et réduira le niveau d’oxygène dans l’eau.

En suivant ces règles, vous pourrez faire pousser des plantes et élever des truites de la meilleure façon.

Les avantages de l’élevage des truites en aquaponie

Par définition, l’aquaponie est un mode d’exploitation agricole qui offre de nombreux avantages :

Caractère naturel : l’aquaponie n’utilise pas de substances nocives, d’herbicides ou de pesticides. Les aliments cultivés de cette manière seront sains et propres ;

Économies d’eau : si vous comparez l’aquaponie au jardinage conventionnel utilisant la terre, seul 1/10e de l’eau est nécessaire dans le premier cas ;

Pas de déchets toxiques : dans un système aquaponique, l’eau riche en nutriments est constamment en mouvement ;

Sans mauvaises herbes : seules les plantes que l’on a plantées soi-même pousseront dans l’eau ;

Esthétique agréable : les truites qui nagent parmi les plantes offrent un aspect agréable et plaisant à regarder ;

Moins de tracas : pas besoin d’arroser les plantes, de désherber les parterres, etc. Vous pouvez consacrer toute votre énergie à prendre soin des truites et des plantes ;

Les systèmes sont mobiles : ils peuvent être placés n’importe où et déplacés à tout moment ;

Avec l’aquaponie, l’eau n’a pas besoin d’être changée et constamment drainée puisqu’elle est purifiée automatiquement par les organismes qui y vivent. L’eau peut être utilisée indéfiniment, jusqu’à ce qu’elle soit réduite par évaporation.

Comment fabriquer votre propre système aquaponique ?

Les plans pour fabriquer un système aquaponique de vos propres mains sont très simples. L’essentiel est de fabriquer une bonne tuyauterie. Pour cela, une bonne pompe est nécessaire qui est conçue pour maintenir la bonne pression. Un détail tout aussi important est la présence d’un robinet à bille pour fermer le tuyau menant au réservoir.

L’aquaponiste aura également besoin de raccords mâle et femelle car les trous du réservoir doivent correspondre au raccord mâle et le raccord femelle est destiné à la crépine et au filtre.

Un autre élément important de l’aquaponie est le siphon. Vous devez faire une ouverture d’au moins 3 cm à partir du bord inférieur du tuyau. De cette façon, l’eau pénètre lentement dans le réservoir et si nécessaire, il est possible de le vider rapidement.

Vous aurez également besoin d’une passoire faite d’un tuyau (d’environ 100 mm de diamètre) avec quelques trous. Ceci est nécessaire pour piéger les débris grossiers lorsque l’eau entre dans le réservoir.

Grâce à un robinet muni d’une pompe, l’eau peut être aspirée et un tuyau de dérivation muni d’un clapet à bille permet de réguler le débit d’eau pour le bac à plantes.

Il convient de choisir avec soin les aquariums et les bacs à plantes. Un réservoir d’une capacité de 1 000 litres est conseillé.

Il est préférable de remplir le fond du réservoir d’élevage des truites avec du gravier ou de tubes en céramique pour faciliter la multiplication des micro-organismes.

close

Recevez gratuitement nos conseils pour votre bassin

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.